Groupe Rissois d'Histoire Locale (GRHL)

Hier-Aujourd'hui ->> Culture ->> Fusillade du 21 août 1944



Mon Compte

Participez aux questions sur le site

 
Mot de passe perdu ? - Inscription

Poser une question ?

Vous devez être inscrit sur notre site pour participer au Question/Réponse. inscription

Rechercher

X

Agenda

L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31     

Fusillade du 21 août 1944


Les mots clés :

- Evènements - -

Le 21 août 1944, une camionnette allemande, venant de Paris par la nationale 7, roule en direction de Corbeil. Des inconnus, embusqués dans une automobile à l'angle du chemin d'Orangis (rue Pierre Brossolette), tirent des coups de feu sur le véhicule. Un soldat allemand, couché sur l'aile du camion, est blessé et transporté rapidement à l'hôpital de Corbeil. Pendant ce temps, les auteurs de la fusillade ont disparu. On saura plus tard qu'ils ont été arrêtés à Brétigny pour des raisons très éloignées des faits de Résistance.
Les Allemands reviennent en force et placent une auto-mitrailleuse dans le haut de la côte. La route nationale est prise sous le feu des tirs. Dans les rues avoisinantes, les Allemands tirent au jugé sur les malheureux passants qui rentrent chez eux après leur travail (il est midi). Neuf personnes seront victimes de cet acte barbare. Leur souvenir est conservé par la présence de petites plaques, fleuries régulièrement, sur les lieux de leur supplice.
Cela ne suffit pas aux allemands qui emmènent avec eux des otages. Le soldat blessé le matin n'était que légèrement atteint. Sur l'intervention du maire M. Kany, qui s'était fait accompagner du docteur Perrier, les otages seront libérés le soir même.
Le 24 août au matin, une jeep avec quatres Américains entre dans Ris en venant de Bondoufle et Orangis.

Questions - Réponses